« J’ai connu Cassigneul il y a quelques années lorsqu’il est venu pour la première fois à l’imprimerie Mourlot. Dans cette maison où l’on ne travaille qu’entre amis, il fut adopté d’emblée par tous. Cassigneul se sent à l’aise dans les ateliers; là, seuls le travail et le savoir comptent car l’artiste n’arrive pas auréolé de sa renommée extérieure. Le peintre redevient l’artisan qu’il porte en lui et les ouvriers le reconnaissent comme un véritable compagnon de travail. Il arrive très tôt le matin devant les presses à bras, n’a pas peur de se salir les mains sur la pierre ou sur le zinc, connaissant la technique lithographique aussi bien qu’un professionnel, il travaille avec acharnement. »

Charles SORLIER